Auteur : olivier VIENNE

 

Vers un Grenelle des professeurs ? Chiche !

Notre Ministre de l’Education Nationale a relancé l’idée d’un « Grenelle des professeurs » pour cette fin d’année. Pour Jean Michel Blanquer, « Des maîtres heureux, ce sont des élèves heureux ».

La CFTC-EPR est en accord avec ce constat. Le métier de professeur s’est dégradé depuis de nombreuses années et n’attire plus suffisamment. La question de la souffrance au travail ou du mal être est une question posée par nombre d’enseignants de notre pays.

La CFTC-EPR est évidemment ouverte au dialogue et à la discussion. Mais posons d’abord quelques jalons :

  • Il serait plus utile d’appeler ce Grenelle, Grenelle des personnels de l’Education et pas simplement Grenelle des professeurs.
  • Nous savons tous que pour une revalorisation digne des personnels, il faudra un effort substantiel des finances de l’Etat. La somme tourne bien autour des 10 milliards d’euros, somme évoquée en début d’année 2020.
  • Dégeler le point d’indice, et mettre les salaires des personnels de l’Education au niveau des standards européens, sont un préalable pour toute discussion sur la réforme du métier d’enseignant.

Dans le contexte de la crise sanitaire que nous connaissons, les personnels de l’Education nationale et particulièrement les enseignants sont en première ligne pour permettre aux élèves de conserver un enseignement de qualité et accessible à tous.

Il est donc évident que ce Grenelle des personnels ne sera une réussite que s’il est co-construit entre le Ministre et les personnels de l’Education nationale.

La CFTC-EPR y prendra donc toute sa part pour aboutir à une loi de programmation pluriannuelle. L’amélioration des conditions de travail et la revalorisation des salaires de tous les personnels sont les mesures incontournables qui permettront d’attirer à nouveau de jeunes collègues amoureux de leur métier dans la décennie qui vient.

 

 

Pour des classes à 24 élèves…

« L’école est un levier essentiel d’égalité territoriale comme de justice sociale. »

Ces paroles prononcées par le Président de la République ne peuvent qu’être approuvées.
Après le dédoublement des classes de GS, CP et CE1 en éducation prioritaire, cette année, le Gouvernement a décidé de limiter à 24 l’effectif de ces mêmes niveaux hors éducation prioritaire (actuellement 38 % du total des classes de ces niveaux ont des effectifs supérieurs à 24).

Cette volonté se traduira par la création de 3000 à 5000 classes supplémentaires.

La priorité de cette rentrée était de faire bénéficier de ces mesures les plus forts effectifs au-dessus de 24. Pour la rentrée 2022, l’ensemble des classes sera concerné.

Pour la CFTC-EPR, cette mesure va dans la bonne direction : cette « mobilisation pédagogique pour la lecture et les mathématiques » ne pourra qu’améliorer les conditions de travail des élèves mais aussi des enseignants.

Une seule remarque. Il n’est pas question de « déshabiller Pierre pour rhabiller Paul ».

Il ne faudrait pas en effet qu’en voulant limiter les effectifs à 24, on augmente ces derniers dans les autres classes, voire, on refuse l’inscription d’élèves en TPS pour permettre cette nouvelle organisation pédagogique… Car là, ce « levier d’égalité territoriale et de justice sociale » perdrait tout son sens !

De plus, cette mesure peut montrer, si besoin était, l’accueil privilégié qui est réservé aux élèves dans l’apprentissage de la lecture dans le l’enseignement public.

Bilan du dispositif vacances apprenantes…

L’opération Vacances apprenantes ou le retour d’une expression latine : Mens sana in corpore sano (Un esprit sain dans un corps sain).

Durant cet été 2020, notre ministre a créé le dispositif Vacances apprenantes pour les élèves volontaires qui souhaitaient garder un lien avec le milieu scolaire. Ce dispositif s’est appuyé sur l’opération « Ecole ouverte » qui existe depuis de nombreuses années ou des stages en colonies de vacances pour offrir des cours de remise à niveau et une offre sportive et culturelle aux élèves inscrits.

L’objectif d’un million d’élèves inscrits a pratiquement été atteint cet été (950 000 selon le ministère) et ce dispositif mériterait d’être pérennisé et même amplifié.

En effet quoi de plus bénéfique pour nos élèves que des révisions et des remises à niveau en petit groupe, que des découvertes de régions et de milieux inhabituels, que la découverte de sports et d’activités en lien avec la nature qui suppose le dépassement et l’esprit d’équipe. 

La CFTC-EPR propose et soutiendra la poursuite de ces activités bénéfiques pour nos élèves.

 La CFTC-EPR propose le développement de bourses à projets pour les professeurs ou personnels volontaires de l’Education Nationale souhaitant créer un projet ou un voyage qui allie cette recherche d’exigence scolaire, de découverte de nos régions et de pratiques sportives qui exigent un dépassement de soi.

Une génération d’élèves qui apprennent, se dépassent et développent un esprit critique et de solidarité : Voilà des bases solides pour affronter la vie adulte !

Rentrée et sécurité…

La CFTC-EPR entend alerter le ministère sur la sécurité des personnels.

Cette rentrée de septembre 2020 avait un seul but : Remettre à l’école l’ensemble des élèves de notre pays. Cet objectif est pour l’essentiel atteint. Pratiquement l’ensemble des 12 millions d’élèves a revu leurs professeurs en ce début septembre.

Cet objectif est compréhensible. Nombre d’élèves n’avaient pas travaillé avec leurs professeurs en présentiel depuis plusieurs mois.

Cette apparente réussite, a pu se réaliser grâce à un très fort allègement du protocole de rentrée. Nous sommes passés de 63 pages en mai à 6 pages aujourd’hui. Pour remettre l’ensemble des élèves en présentiel, il a fallu contourner la distanciation physique et la seule obligation reste en ce moment le port du masque pour tous.

Il n’empêche, en ce jour de rentrée, 22 écoles étaient fermées en métropole et la Réunion. Ce chiffre ne cesse d’augmenter avec la multiplication du nombre de cas positif à la covid 19. Les chiffres ne risquent-ils pas de continuer à se dégrader ?

Alors que prévoit le ministre de l’Education Nationale ?

Trois scénarios sont envisagés lors de sa conférence de presse du 26 août dernier en fonction de la circulation du virus dans les établissements.

1e scénario : Circulation « maîtrisée » du virus, les établissements fonctionnent normalement.

2e scénario : Circulation « forte » du virus, les établissements organiseront le travail entre présentiel et distanciel.

3e scénario : Circulation « intense » du virus, la fermeture des établissements sera envisagée.

Cela pose plusieurs questions. A partir de combien de cas, nous passons d’une circulation forte à une circulation intense ? Le ministère va-t-il développer le dispositif d’équipement informatique des professeurs pour le travail en distanciel ? Va-t-on renforcer le protocole d’ici quelques semaines à l’approche de l’hiver ?

La CFTC-EPR comprend et approuve la remise au travail des élèves en présentiel en ce début d’année mais entend également alerter le ministère sur la sécurité des personnels.