Catégorie : 2nd degré

 

Retraites, ce que la CFTC-EPR demande…

MOTION RETRAITE DE LA CFTC-EPR

 

CE QUE LA CFTC-EPR ACCEPTE

> une plus grande égalité au niveau des pensions, des cotisations, du calcul des retraites.

 

CE QUE LA CFTC-EPR REFUSE

> au nom de l’égalité, que les agents de l’Education Nationale soient dépouillés de leurs droits acquis par nos aïeuls dans la douleur 
> la double peine avec le changement du calcul de la pension de retraite qui ne serait plus sur les 6 derniers mois mais sur un nombre de points cotisés.

 

CE QUE LA CFTC-EPR VEUT

> une réforme qui soit équitable positivement sans qu’elle se fasse au détriment des agents du monde de l’Education,
> une meilleure répartition des richesses produites et que ces richesses produites servent en priorité à nos séniors,
> une augmentation immédiate de tous les salaires des enseignants,  des administratifs, des psychologues, personnels d’éducation, infirmiers, médecines, personnels sociaux, personnels administratifs, personnels techniques, inspecteurs et personnels de direction.

> Une intégration des indemnités de toutes sortes dans la revalorisation salariale et des compétences.

> une réelle réforme égalitaire basée sur l’euro cotisé : elle doit concerner tous les corps de métiers (y compris les hauts fonctionnaires, députés…),
> une notification rapide du point qui puisse être révisable mais uniquement à la hausse, qui soit indexé à l’inflation et qui soit fixé conjointement avec les partenaires sociaux,
> une prise en compte forfaitaire des études dans le calcul de la retraite,
> un nouveau calcul du temps de travail des enseignants du Premier Degré sur une base de 18h00, avec paiement de toutes les heures supplémentaires,
> une garantie de départ à la retraite à 62 ans,

> une comptabilisation des trimestres travaillés sans la modulation du temps de travail (si un agent exerce à 80% ou à 50%, que ses droits à la retraite soient les mêmes que s’il exerce à 100%),

> Une véritable évaluation d’impact sur l’ensemble des personnels de toutes catégories et de tous âges lors des négociations.

Rassemblement du 3 octobre 2019 à Bobigny. La CFTC-EPR soutient le mouvement !

 
Un rassemblement se tiendra ce jeudi 3 octobre 2019 à 14h00 à Bobigny devant la DSDEN pour soutenir les représentants syndicaux lors du CHSCT (Comission Hygiène Sécurité et Conditions de Travail) et signaler la souffrance des directeurs d’école et des enseignants au quotidien.
 
La CFTC-EPR tient à informer qu’elle soutient ce mouvement désirant se retrouver à 14h00 ce jeudi 3 octobre 2019 devant la DSDEN.
 
La question de la « souffrance au travail », pour reprendre l’expression consacrée, n’a rien à voir avec la souffrance ou le mal-être personnel. Il s’agit bien de la conséquence d’une organisation du travail pathogène et des politiques éducatives ayant causée une perte de sens de notre métier.
 
D’ailleurs, le fait que notre collègue directrice se soit suicidée sur son lieu de travail, ainsi que le courrier rédigé sur un en-tête officiel et destiné au DASEN, avec les organisations syndicales en copie, l’attestent.
 
Pour la CFTC-EPR, il est important de rompre l’isolement des collègues en souffrance, de le rendre public et d’identifier les responsables de cette souffrance : nos décideurs.

Notre pouvoir d’achat…

        Notre pouvoir d’achat : ASSEZ DE CONTRITION !!!

 Depuis 2010, le point d’indice est gelé dans la fonction publique. Aucune augmentation de notre salaire depuis bientôt 10 ans à part une quarantaine d’euros gagnée en deux fois fin 2016 et début 2017.

Alors qu’un professeur gagnait environ deux fois le SMIC dans les années 1980 au début de sa carrière, il n’en gagne plus qu’1,2 fois après 5 années d’étude.

                                       STOP A CE MEPRIS !!!

La CFTC-EPR demande une revalorisation générale du point d’indice car :

  • La somme de travail augmente chaque année pour former les professeurs qui sont dans l’ère des compétences, du numérique et de l’administratif organisés à marche forcée !
  • La paie des professeurs du 1er et du 2nd degré n’est toujours pas égalisée alors que le niveau d’études requis est le même.
  • Nous risquons la double peine avec le changement du calcul de la pension de retraite qui ne serait plus sur les 6 derniers mois mais sur un nombre de points cotisés.
  • Avec la nouvelle grille indiciaire, le grand choix et la possibilité de booster une carrière suivant le mérite du professeur n’existe plus. Tous les professeurs n’ont plus que quelques rendez-vous de carrière pour changer d’échelon ou de grade. Le même plan de carrière s’impose à TOUS, méritants ou pas.

 

POUR UNE FONCTION PUBLIQUE ET UNE EDUCATION NATIONALE MODERNE IL FAUT DES FONCTIONNAIRES MIEUX PAYES ET MIEUX CONSIDERES.

La CFTC EPR reçue par le Secrétaire d’Etat de l’Education Nationale et de la Jeunesse…

Le Samedi 23 février 2019, la CFTC Enseignement Public et Recherche a été reçue en audience à la préfecture lors de la visite du Secrétaire d’Etat de l’Education Nationale et de la Jeunesse. La CFTC a eu pour interlocuteur, le directeur de cabinet de M. ATTAL, Secrétaire d’Etat de l’Education Nationale et de la Jeunesse.

Notre intervention s’est articulée sur 3 points :
Lire la suite …