Catégorie : Actualités

 

Que faire face aux violences et incivilités au travail ?

Face aux alertes qu’elle reçoit dans ce domaine, la CFTC-EPR tient à informer les personnels de l’éducation nationale sur leurs droits et les mesures d’accompagnement qui peuvent leur être proposées lorsqu’ils sont ou ont été confrontés à une situation de violence ou d’incivilité dans le cadre de leurs fonctions.

Tout personnel de l’éducation nationale, peut se trouver confronté à des phénomènes de violence ou d’incivilités au cours de sa vie professionnelle. Pour la CFTC-EPR, il est important que la personne ne reste pas seule face à cette situation et qu’elle puisse trouver de l’aide.

Pour la CFTC-EPR, il est important d’identifier ces phénomènes qui passent souvent pour un fait banal ! Ces faits portent atteinte aux droits et à la dignité de la personne, et peuvent mettre à mal la santé physique ou mentale du personnel.

Dans le cadre de notre travail, les violences peuvent se présenter sous différentes formes et leurs causes peuvent être variées :

« . Le harcèlement sexuel ou moral, les agressions physiques ou verbales, les insultes, brimades, intimidations sont des formes de violence qui peuvent survenir au cours du travail. Les conflits entre collègues ou entre agents et responsables hiérarchiques pour des motifs d’ordre personnel ou résultant de l’organisation du travail ou des conditions de travail peuvent engendrer des manifestations de violence.

 . Les insultes, menaces, agressions physiques ou psychologiques peuvent être exercées par les personnes fréquentant les services ou les établissements de l’éducation nationale (usagers, élèves, parents d’élèves…) ou par des personnes extérieures s’introduisant sur les lieux de travail.

 . Les incivilités se produisant dans le cadre du travail, telles que, par exemple, les impolitesses, les attitudes irrespectueuses ou la transgression de règles communes sont plus complexes à identifier et à évaluer. Elles contribuent néanmoins à la dégradation du climat de travail et rendent difficile la vie en commun*. »

Que faire si l’on vit l’une de ces situations ?

Face à l’une de ces situations, il est important de transmettre, dans les plus brefs délais, à l’autorité compétente (recteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale, chef d’établissement), un rapport ce qui s’est passé et ce qui s’est dit (il est important de prendre les dépositions de toutes les personnes présentes et de les annexer au rapport.

Face à une agression, il est primordial de se rendre chez son médecin traitant pour réaliser une déclaration d’accident de travail, et de porter plainte à la gendarmerie la plus proche.

Vous pouvez bénéficier de la protection fonctionnelle, en la sollicitant auprès de l’autorité hiérarchique compétente (recteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale, chef d’établissement), prévue par les dispositions de l’article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations  des fonctionnaires. En effet, « lorsqu’un agent public est victime d’attaques ou de menaces à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ce n’est pas l’agent qui est visé mais la collectivité…  La protection est due aux agents publics lorsque les attaques sont en rapport avec les fonctions exercées par l’agent. Cette protection s’applique lorsque les atteintes ont des causes extérieures (agressions suite à une intrusion dans l’établissement…) ou internes (harcèlement…). La prise en charge de dépenses au titre de la protection fonctionnelle ne concerne que des dépenses utiles. L’administration apprécie le montant des frais qu’elle prend en charge au titre de la protection fonctionnelle.* »

Cette demande se fait par écrit. Il est judicieux de prendre attache avec le service chargé de la protection fonctionnelle pour connaître les modalités de prise en charge.

De même, dans chaque académie, il existe des dispositifs d’aide (Cellule d’écoute et d’assistance/réseau d’aide/personnes ressources, dispositif d’accompagnement, Réseaux PAS, CHSCT…). On peut ainsi solliciter les services du Rectorat pour être en relation avec ces divers services.

En résumé, quelle procédure dois-je effectuer lorsque je suis victime de violences ou d’incivilités au travail ?

. Ne pas rester isolé. Pour la CFTC-EPR, face à cette situation, il est primordial de ne pas rester seul. En parler à son supérieur, ses amis.

. Prendre  contact avec un responsable de la CFTC-EPR et se faire aider dans les différentes démarches…

. Effectuer un rapport factuel de la situation, complété des témoignages des personnes présentes, et demander la protection fonctionnelle à l’employeur

. Se rendre chez son médecin et solliciter un arrêt pour accident de travail

. Effectuer une déclaration d’accident de travail

. Porter plainte à la gendarmerie, voire au Procureur de la République

. Contacter le service de la protection fonctionnelle et demander les modalités de prises en charge

. En fonction de la situation :

. remplir une fiche de danger grave et imminent et la transmettre au supérieur hiérarchique.

. remplir une fiche Registre Santé Sécurité au Travail et la transmettre au supérieur hiérarchique.

Avant toute chose, il est tout aussi important de prévenir en utilisant les outils mis à notre disposition : le Registre de Sécurité et de Santé au Travail, le Document Unique d’Evaluation des Risques…

Pour la CFTC-EPR, l’école de la République doit redevenir ce sanctuaire où le respect de chacun n’est pas un vain mot !

 

* issu de « Les violences et les incivilités au travail, Guide à l’attention des personnels »

La CFTC-EPR participera à la mobilisation du 17 décembre 2019 pour défendre nos retraites…

Notre gouvernement a présenté sa feuille de route

ce mercredi 11 décembre 2019.

Force est de constater que ce projet de loi

n’est pas à la hauteur de nos attentes !

Ainsi, la CFTC-EPR se joint au mouvement national

de grève du mardi 17 décembre 2019 !

LA CFTC-EPR est :

Pour un meilleur salaire,

Pour une retraite honnête et juste,

Pour de meilleures conditions de travail,

Pour un statut de la direction d’école,

Pour un statut de l’école du premier degré…

Rejoignez la CFTC-EPR dans ce combat !

Retraites : message de la CFTC concernant la mobilisation du 17 décembre 2019

cp 11 decembre retraites Appel à la grève de la CFTC

Grève du 10 décembre 2019

Lors de la grève du 5 décembre 2019, la CFTC était bien présente dans la rue. La CFTC remercie tous ses adhérents et partisans qui ont porté haut les couleurs de la CFTC, ce jour.

Notre gouvernement doit entendre notre message.

La CFTC-EPR est :

Pour un meilleur salaire,

Pour une retraite honnête et juste,

Pour de meilleures conditions de travail,

Pour un statut de la direction d’école,

Pour un statut de l’école du premier degré…

Face à l’indécision de nos décideurs, la CFTC-EPR soutient le mouvement de grève et invite les enseignants de la fonction publique à participer à la grève du 10 décembre 2019 pour démontrer notre mobilisation et faire entendre nos revendications.