Catégorie : Actualités

 

ENIEME RENTREE SCOLAIRE ! ALLEGEMENT DU PROTOCOLE SANITAIRE ET RETOUR OBLIGATOIRE LE 22 JUIN POUR TOUS LES ELEVES DES ECOLES ET DES COLLEGES.

Crèches, écoles et collèges rouvriront pour tous à partir du 22 juin avec présence obligatoire a annoncé dimanche dernier le Président de la République.

Le ministre de l’Education JM BLANQUER a annoncé ce jeudi devant le Sénat les modalités de reprise.

1)   ALLEGEMENT DU PROTOCOLE SANITAIRE : la mesure phare et préalable incontournable du retour pour tous à l’école. Ce nouveau protocole est publié ce mercredi.

La principale évolution du protocole sanitaire passe par l’assouplissement des règles de distanciation physique et des mesures pour éviter le brassage des groupes.

Les mesures pour éviter le brassage des groupes et pour garantir l’hygiène des mains restent essentielles.

  • Les nouvelles règles de distanciation physique :

Une distance d’un mètre latéral entre élèves et dans les espaces clos se substitue aux 4 m² précédents, et devient inexistante en maternelle.

Les accompagnateurs et intervenants extérieurs peuvent désormais pénétrer dans les bâtiments scolaires en portant un masque, avec nettoyage ou désinfection des mains.

Le port du masque n’est plus obligatoire pour les personnels enseignants lorsqu’ils font cours et à plus d’un mètre des élèves.

  • La limitation du brassage des élèves :

L’arrivée et le départ des élèves seront étalés dans le temps, une salle de classe est attribuée de préférence à chaque classe, les récréations organisées par classe ou groupe de classe voire remplacées par des temps de pause en classe, idem pour la restauration scolaire où il est recommandé de faire déjeuner les groupes classes ensemble en respectant la distance d’un mètre.

  • Le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels :

La nouveauté à retenir est que l’accès aux jeux, aux bancs et espaces collectifs extérieurs est autorisé « si un nettoyage quotidien est assuré (ou après une période sans utilisation d’environ 12 heures) » !

« La mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe constitué (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est permise à l’intérieur des locaux lorsque qu’une désinfection au minimum quotidienne est assurée (ou que les objets sont isolés 24 h avant réutilisation). » Le virus aurait-il disparu pour que l’on soit aussi généreux sur les règles d’utilisation commune de matériel ?

Composante essentielle de la lutte contre la propagation du virus, chaque école devra l’organiser et le mettre en œuvre.

Les grands principes restent inchangés : nettoyage des sols et des surfaces au minimum une fois par jour ainsi que toutes les surfaces touchées par les élèves et personnels. L’accès aux jeux, bancs et espaces collectifs est autorisé sous condition d’un nettoyage quotidien.

Telles sont les recommandations du nouveau protocole que seront chargés de faire respecter les directeurs et chefs d’établissement.

2)   RETOUR OBLIGATOIRE DES ELEVES.

Le retour obligatoire des élèves des écoles et des collèges le 22 juin fait grand débat.

  • A quoi servira cette reprise ?

En principe, tous les élèves seront tenus de reprendre le chemin de l’école jusqu’aux vacances.

Les nouvelles règles de distanciation physique devraient, d’après le ministre, permettre d’accueillir tous les élèves.

La limitation à 15 en élémentaire et 10 en maternelle est levée dès la reprise du 22 juin.

« Cette réouverture des établissements permettra de faire le point avec les élèves et préparer au mieux la rentrée » a dit le ministre insistant sur le fait « qu’il ne s’agissait pas de terminer un programme ».

Cette reprise des cours sera brève puisque les vacances débuteront le 4 juillet.

Pour les élèves de collège, plus que les autres, les enjeux seront faibles car les conseils de classe pour la plupart ont déjà eu lieu et les livres seront rendus !

3) Si pour la CFTC-EPR, ce retour en classe assorti de l’obligation scolaire est une intention louable, nous nous posons un certain nombre de questions auxquelles nous attendons du ministre des réponses concrètes :

– Sera-t-il possible de faire revenir tous les élèves si le nouveau protocole est scrupuleusement respecté ? Deux jours pour tout organiser, c’est aussi peu de temps pour organiser l’accueil des élèves…

–  Le protocole sanitaire est allégé mais les regroupements sont toujours interdits… Ces consignes quelque peu contradictoires risquent de compliquer le retour de tous les élèves ?

– La plupart des salles de classes mesurant 35 m², le respect du mètre latéral limitera la présence à 24 élèves ! De surcroit la plupart des tables restant à 2 places, limitera fortement le gain de place. Que fera-t-on alors des effectifs supplémentaires qui sont souvent la norme en collège ? Idem pour éviter les regroupements.

– Le protocole sanitaire précise qu’en l’impossibilité de ce mètre latéral, « l’espace est organisé de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves et les élèves de plus de 11 ans doivent porter le masque de protection dans la classe. La distanciation physique doit être maintenue entre les élèves de groupes différents. » Doit-on comprendre que l’école doit accueillir tous les élèves, même si dans les classes il y a impossibilité de respecter le mètre latéral ?

Aussi, qui remplacera les enseignants dits « personnes vulnérables ? »

Pour la CFTC-EPR, ce nouveau protocole tient peu compte de la réalité du terrain. Le retour obligatoire pour tous, envisagé par le Ministre, reste difficile à mettre en place.

Il serait urgent de préparer la reprise au mois de Septembre, en envisageant différents scénarii, entre autres, celui d’un éventuel retour important du virus !

Le ministre ne parle pas du bâti scolaire, qui reste une composante essentielle au respect des protocoles ! A quand un débat sur le bâti scolaire ? A quand une réelle rénovation du bâti dans les communes ?

Nouveau protocole sanitaire applicable au 22 juin 2020

La CFTC-EPR vous invite à prendre connaissance du nouveau protocole sanitaire relatif aux écoles et établissements scolaire applicable au 22 juin 2020.

Le texte est disponible à l’adresse : https://www.education.gouv.fr/coronavirus-covid-19-informations-et-recommandations-pour-les-etablissements-scolaires-les-274253

Lire le document…

Proposition de loi visant à instaurer l’enseignement numérique distanciel…

 

La CFTC-EPR a pris connaissance de la proposition de loi n° 2967, visant à instaurer l’enseignement numérique distanciel dans les lycées, collèges et écoles élémentaires.

Les raisons de proposition de ce projet, données dans le texte, sont honorables :

« Toutes ces solutions doivent aujourd’hui être explorées dans l’éducation pour assurer aux élèves un enseignement distanciel comme une alternative au présentiel.

Pour les universités, cela pourrait éviter des frais de logement et d’études aux étudiants dont les parents ne peuvent assumer des études longues et coûteuses. 

Pour les lycées et collèges, cela permettrait aux élèves de trouver sur la plateforme dédiée les cours en ligne, en vidéo, avec une interactivité avec l’enseignant à des moments spécifiques.

Enfin, pour les écoles élémentaires, cela permettrait aux parents et aux élèves de retrouver les devoirs et les cours à la maison. »

Cependant, pour la CFTC-EPR, la mise en pratique de ce projet reste à approfondir et à expliquer.

Qui devra réaliser ces documents en distanciel ?

Les enseignants de l’élémentaire ont déjà fort à faire, et leur rajouter des tâches supplémentaires, sans prendre en compte le temps passé de la journée et les préparations, ne pourrait qu’alourdir travail et leurs charges.

Pour la CFTC-EPR, il est primordial, de revoir le temps de travail des enseignants du premier degré, face aux élèves et pourquoi pas, leur attribuer 18h00 de travail face aux élèves, comme cela est déjà le cas pour les enseignants du second degré. Ainsi, dégagés de temps de travail, ils pourraient s’occuper du distanciel, du moment qu’ils disposeraient des outils pour le faire (ordinateur, ligne internet…).

La CFTC-EPR demande au ministère une réflexion sur le temps à accorder aux enseignants mais aussi sur les outils à apporter au premier degré, à l’instar de Pronote dans le second degré, où chacun peut mettre en ligne, le travail mis en place.

Concernant les universités, certains cours peuvent être effectivement en MOOC, mais il serait illusoire de penser que cela serait aussi bénéfique que le présentiel, et devienne une généralité, pour répondre, de fait aux impératifs des mesures économiques, notamment en supprimant des postes de contractuels et de vacataires nombreux dans le supérieur. Pour la CFTC-EPR, le distanciel doit rester une exception, voire un complément des cours en présentiel et non se généraliser.

Les 2S2C, un dispositif d’avenir ?

 I. Qu’est-ce que les 2S2C ?

Le sigle 2SC2C (Sport, Santé, Culture, Civisme) est un dispositif créé en mai dernier lors du déconfinement pour aider à la reprise des cours.

Le but est d’offrir aux élèves qui ne pourraient pas être accueillis en classe à cause du protocole sanitaire, des activités éducatives sur le temps scolaire en complément du travail en classe ou à la maison.

Ces activités sont assumées en priorité par les professeurs. L’Etat vient aider les collectivités qui souhaitent leur mise en place.

Ces 2S2C rappellent les TAP (temps d’activités périscolaires) que nous avons connus il y a quelques années. Les mairies devront assumer leur organisation, le recrutement des personnels et le paiement de ces derniers.

II. Les 2S2C ont-ils un avenir ?

Notre ministre de l’Education nationale a déclaré récemment que les 2S2C auront sûrement un avenir lors de la rentrée de septembre et qu’ils étaient une opportunité car le ministère souhaite développer davantage la pratique du sport et des enseignements artistiques.

Cela pose des questions si ce dispositif devient pérenne.

Quel intérêt d’avoir des animateurs remplaçants des enseignants pendant le temps scolaire pour enseigner des matières assumées au départ par les enseignants qui ont été formés pour cela ?

Quel réaménagement du temps scolaire pour intégrer ces 2S2C ?

Quelle place pour les enseignants qui seront tiraillés entre les exigences disciplinaires et hiérarchiques d’un côté et les volontés des mairies et des parents de l’autre ?

Ce dispositif qui part d’un bon sentiment, peut devenir un outil d’inégalité entre territoires. Les petites communes des milieux ruraux n’ont pas les mêmes moyens que les grandes communes ou les métropoles de notre pays.

L’aide de l’Etat qui est pour le moment de 110 euros par jour pour un groupe de 15 élèves reste insuffisante pour offrir des activités de qualité et éviter que cela ne soit à nouveau qu’une garderie…

Le ministre semble attiré par le modèle allemand de la classe le matin, avec des activités sportives, artistiques et culturelles l’après-midi.

Il faudra être attentif pour éviter d’avoir un système binaire, dans les années à venir :

  • Des enseignants se recentrant sur le « lire, écrire, compter » priorité du ministre.
  • Des animateurs payés par les mairies s’occupant des activités artistiques, culturelles et sportives.

Pour la CFTC-EPR, les 2S2C peuvent être une solution en temps de crise sanitaire, mais poseront nombre de questions et de débats quand une fois la crise sanitaire passée, ils seront le prétexte à une nouvelle réorganisation du temps scolaire dans le but inavoué de faire des économies….

La CFTC-EPR pose deux questions :

  • Quid des professeurs dans ces matières si on pérennise cette organisation ?
  • Quid de l’égalité sociale si les financements restent à la charge des municipalités ?

La CFTC-EPR sera très prudente concernant cette mise en place des 2S2C. Une fois encore, cette organisation créée à titre exceptionnel au cours de la pandémie que nous avons traversée ne doit rester qu’exceptionnel !