Catégorie : Direction

 

Enquête sur les conditions de travail des directeurs d’école : ce que nous revendiquons…

La CFTC-EPR informe tous les directeurs d’école que le questionnaire sur leurs conditions de travail est en ligne à ce jour à l’adresse suivante :

https://www.consultationdirectiondecole.fr/

La date limite pour répondre à ce formulaire en ligne est fixée au 1er décembre 2019.

La CFTC-EPR aurait souhaité une réunion des directeurs d’école avec les IEN, sur le temps scolaire, pour faire remonter les besoins, une enquête individuelle à destination seule de chaque directeur d’école, une rencontre de tous les directeurs avec l’IA.

Il s’agit d’une première, pour tous les directeurs de prendre la main sur leur avenir. En effet, nombreuses sont les organisations qui parlent, revendiquent et prennent des décisions au nom des directeurs d’école sans les concerter. Cette première consultation permet ainsi à tous les directeurs de revendiquer leurs droits et leurs demandes légitimes : un statut de la direction d’école, un statut de l’école, un quart de décharge au minimum pour tous, une secrétaire et des moyens pour mener à bien leurs missions !

Il est important de faire comprendre à notre administration que les directeurs voient plus grand que les mesurettes qui sont mises en place pour panser les plaies ! Anticiper, organiser l’école de demain, voici l’enjeu !

La CFTC-EPR invite tous les collègues directeurs à remplir le document en ligne et à défendre cette position.

Il est important que notre administration prenne connaissance de la réalité du terrain, de ce que vivent réellement les directeurs d’école au quotidien, de la charge mentale qui ne cesse de peser sur eux, du mal être dans le métier, du besoin de reconnaissance de ce métier mal connu…

Cela ne peut se faire que par la volonté et l’action des directeurs d’école.

Le questionnaire garantit l’anonymat de tous ! Il prend en compte quelques éléments qui impactent leurs conditions de travail ! Il est alors encore plus important d’y participer. Il est essentiel de faire remonter les difficiles conditions de travail, mais il est tout aussi important de dépasser le cadre donné dans cette enquête en y intégrant les difficultés rencontrées sur le terrain ainsi que nos propositions.

Nous avons ici une possibilité de faire fléchir notre ministre sur la question du statut de la direction d’école. Ce sujet est rejeté par certains syndicats, qui trouvent toutes sortes de motifs pour refuser sa mise en place ! Il revient aux véritables acteurs du terrain, que sont les directeurs d’école, de faire remonter la réalité du quotidien !

Contrairement aux idées reçues, le fait d’avoir un statut de directeur d’école et un statut de l’école du premier degré, ne mettra pas « en place des petits chefs », ni « une perte de reconnaissance », ni « un manque de moyens. » Il suffit de voir comment sont gérés les établissements du second degré, pour constater les moyens mis à disposition, la mise en place d’une équipe de direction (le chef d’établissement n’étant jamais seul, il peut toujours échanger et s’appuyer sur son équipe pour prendre des décisions dont il peut assurer et assumer leur mise en place) ! Le chef d’établissement a un budget pour faire fonctionner son établissement, peut ester en justice, a du personnel pour l’aider à gérer, accueillir et répondre aux parents, sous la vigilance du Conseil d’Administration. Pourquoi une telle différence de traitement entre le premier et second degré ? A ce jour, les écoles sont encore à l’âge de pierre, si on les compare avec les établissements du second degré.

Pour la CFTC-EPR, le métier de la direction d’école doit être reconnu de tous. L’instauration d’un statut de la direction d’école permettrait de définir leur rôle, leurs responsabilités mais surtout les moyens mis à leur disposition. Ce statut doit s’intégrer dans un statut de l’école. L’école doit devenir un établissement public, coordonné par un Conseil d’Administration, avec un responsable et des moyens de fonctionnement.

La synthèse de ce questionnaire sera dévoilée vers la mi-décembre et fera l’objet de nouvelles annonces…

Pour le moment, les mesures prises sont les suivantes :

« Afin d’alléger immédiatement certaines tâches des directeurs, un moratoire a été décidé, jusqu’à la fin de l’année civile, sur toutes les enquêtes pour lesquelles ils auraient pu être sollicités. 

Pour faciliter la fin de l’année, une journée supplémentaire de décharge a été allouée, pour tous les directeurs d’école, sur la période novembre – décembre 2019.

Des groupes départementaux de consultation et de suivi seront mis en place avant la fin de l’année civile. Ces groupes seront réunis régulièrement pour permettre d’identifier des pistes d’allègement de tâches administratives et s’assurer du suivi des mesures d’amélioration des conditions de travail et des missions des directeurs. Ils seront pilotés par les DASEN, auxquels seront associés les représentants des organisations syndicales et des représentants institutionnels. Des élus locaux seront associés à ces travaux en fonction des thèmes abordés. »

Au-delà de ces quelques pansements, la CFTC-EPR attend un geste fort, à ce sujet, de la part de notre ministre !

 

Enquête du ministère…

Dans le cadre des premières mesures pour simplifier le travail des directeurs d’école, l’Education Nationale informe que « le 13 novembre 2019, un questionnaire a été adressé à tous les directeurs d’école. Ce questionnaire vise à établir un état des lieux sur les conditions d’exercice du métier des directeurs d’écoles, leurs difficultés et leurs besoins. »

« Il sera clos le 1er décembre prochain. La restitution des conclusions de ce questionnaire fera l’objet d’une concertation avec les partenaires sociaux, prévue le 17 décembre. »

Pour la CFTC-EPR, cette enquête, qui s’adresse à tous, ne permet pas de faire remonter réellement les difficultés rencontrées par les directeurs d’école. Elle a transmis un courrier à Monsieur le Ministre en ce sens.

Cependant, afin de faire remonter nos véritables besoins, nous invitons tous les collègues directeurs à utiliser ce lien donné par le ministère pour faire remonter nos besoins : un statut de la direction d’école, un statut de l’école, une secrétaire et des moyens pour assurer nos missions.

Liens : https://www.consultationdirectiondecole.fr/

Courrier transmis à M. le Ministre de l’Education Nationale :

ministre_demande véritable consultation

Soutien de la CFTC-EPR aux syndicats dans la lutte pour l’amélioration des conditions de travail…

Des organisations syndicales appellent à faire du 6 novembre prochain une journée de mobilisation (rassemblements, conférences de presse, demandes d’audience…).

La CFTC-EPR s’associe aux différents syndicats dans la lutte pour l’amélioration des conditions de travail des directeurs d’école et des enseignants.

La CFTC-EPR tient à rappeler ci-dessous ses revendications :

La CFTC-EPR demande à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale d’entendre enfin les demandes du terrain. La direction d’école doit être reconnue comme un métier. Les directeurs d’école veulent un statut définissant leur rôle, leurs responsabilités et les moyens mis à leur disposition. Ce statut doit s’intégrer dans un statut de l’école. L’école doit devenir un établissement public avec un responsable et des moyens de fonctionnement.

Le temps n’est plus à la consultation !

Le temps n’est plus à la création de comité de suivi !

Pour la CFTC-EPR, le temps est à l’action et à la prise de décision !

La CFTC-EPR demande donc à Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale de prendre ses responsabilités et d’agir pour la direction d’école.

Pour rappel, ci-dessous, le courrier ouvert à destination de M. le Ministre de l’Education Nationale :

Communiqué de presse…

 

Communiqué de presse…

Direction d’école : il est temps d’agir, Monsieur le Ministre…

 

            L’actualité a rappelé la situation particulièrement complexe de la direction d’école. En effet, le suicide d’une directrice d’école a de nouveau mis au grand jour les difficultés de la fonction.

            Après le temps du recueillement et de l’accompagnement des équipes fortement touchées, il est temps désormais de ré-ouvrir le dossier de la direction d’école.

            Depuis de nombreuses années, la CFTC-EPR est porteuse du projet de la création d’un statut du directeur d’école. La CFTC-EPR a fait émerger un constat partagé par de nombreux rapports ou missions parlementaires :

  • Les directeurs d’écoles sont submergés par de nombreuses tâches chronophages :
    • Pilotage pédagogique
    • Suivi des élèves
    • Relations avec les parents
    • Relations avec les partenaires
    • Gestion de la sécurité
    • Vie quotidienne de l’école
  • Le directeur est reconnu par l’ensemble des utilisateurs de l’école comme le responsable mais n’est pas reconnu par le système.
  • Depuis deux ans, on assiste même à la suppression définitive des aides administratives à la direction.

 

            Il est désormais temps d’agir ! La CFTC-EPR demande à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale d’entendre enfin les demandes du terrain. La direction d’école doit être reconnue comme un métier. Les directeurs d’école veulent un statut définissant leur rôle, leurs responsabilités et les moyens mis à leur disposition. Ce statut doit s’intégrer dans un statut de l’école. L’école doit devenir un établissement public avec un responsable et des moyens de fonctionnement. C’est en ce sens que la CFTC-EPR adresse, ce jour, à Monsieur le Ministre, la lettre ouverte, ci-jointe.

            Le temps n’est plus à la consultation ! Le temps n’est plus à la création de comité de suivi !

Pour la CFTC-EPR, le temps est à l’action et à la prise de décision !

La CFTC-EPR demande donc à Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale de prendre ses responsabilités et d’agir pour la direction d’école.

La CFTC-EPR

lettre ouverte à m ministre éducation