Mois : septembre 2017

 

Mobilisons-nous!!!

Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique..

Et contrairement à l’engagement fait aux agent.e.s public.que.s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle : “J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant”, la hausse de la Csg se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c’est à dire sans gain de pouvoir d’achat pour les agent.e.s ! Lire Plus …

La CFTC-EPR reçue au ministère de l’Education Nationale

Suite à la demande d’audience effectuée, la CFTC-EPR a été reçue par la conseillère sociale, partenariats et vie scolaire, Cabinet du ministre, en présence de la DGRH et de la DGESCO.

Après une présentation des membres présents, la CFTC-EPR a pu exposer un certain nombre de constats au travers de divers thèmes d’actualités. A chaque thème, une série de propositions et de revendications ont été avancées par chacun des représentants de la CFTC-EPR. Chaque point a été accueilli par une écoute attentive de la part de l’administration. Lire Plus …

Fonction publique : mobilisé.e.s le mardi 10 octobre

Capture d’écran 2017-09-21 à 09.34.18

Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique… Lire Plus …

La contribution sociale généralisée est un impôt destiné à participer au financement de la protection sociale. Elle est prélevée sur la plupart des revenus (salaires, primes, revenus du patrimoine…) à l’exception des prestations sociales et patrimoines. Crée en 1991, sont taux n’a cessé d’augmenter de 1, 1 % en 1991 à 7,5% en 1998. Le gouvernement a décidé la hausse de la CSG de 1,7% au 1er janvier 2018. Sont concernés dans le secteur public les agents statutaires (fonctionnaires, magistrats, militaires, ouvriers de l’état) les agents contractuels, maitres et documentalistes de l’enseignement privé, praticiens hospitaliers. En revanche, seront supprimées les cotisations sociales maladie (pour certains agents contractuels) et diminuée puis supprimée la cotisation salariale chômage (certains agents contractuels). A la demande de la CFTC et de l’ensemble des OS, le gouvernement a finalement décidé de compenser cette hausse de 1,7 % de la CSG. C’est une exigence de la CFTC, quand le point d’indice a été gelé jusqu’à fin 2010 entrainant déjà notre substantiel appauvrissement. …/… Que propose le gouvernement ? Il propose la suppression de la CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE DE SOLIDARITE (CES) dont le taux est de 1 %. Les 0,7% manquant se traduisant par une indemnité compensatrice, variable pour chaque agent. Hélas cette compensation serait dégressive (à chaque avancement d’échelon ou de grade), ne concernerait pas les nouveaux entrants et serait calculée par an sans tenir compte d’évolutions salariales intermédiaires. Ces limites sont rejetées par la CFTC qui demande en lieu et place l’attribution de points d’indice. La CFTC a rappelé l’engagement préélectoral du Président de la République E. MACRON, d’augmenter le pouvoir d’achat des fonctionnaires, comme celui des salariés privés, en « sur compensant la hausse de la CSG ». La parole politique doit être respectée : LA HAUSSE DU POUVOIR D’ACHAT DES FONCTIONNAIRES C’EST MAINTENANT ! Sur ce dossier, une nouvelle réunion est prévue le 26 septembre. T@mT@m CFTC N°436

La contribution sociale généralisée est un impôt destiné à participer au financement de la protection sociale. Elle est prélevée sur la plupart des revenus (salaires, primes, revenus du patrimoine…) à l’exception des prestations sociales et patrimoines. Crée en 1991, sont taux n’a cessé d’augmenter de 1, 1 % en 1991 à 7,5% en 1998. Lire Plus …