L’employeur public est garant de la santé, du bien -être et de la sécurité au travail de ses agents…

 Monsieur le Ministre,

Il est aisé de lire cette phrase sur le site de l’Education Nationale à l’adresse https://www.education.gouv.fr/cid4253/sante-bien-etre-securite-travail.html.

La CFTC-EPR s’interroge sur la mise en place de cette obligation, dans l’Education Nationale.

En effet, depuis de nombreuses années, le mal être des enseignants ne cesse de progresser.

Tout récemment, Madame RENON, directrice d’école maternelle à Pantin, l’a encore exprimé, avant de mourir, dans son courrier transmis à sa hiérarchie. Par ses mots, elle a exprimé ce que vivent, au quotidien, les enseignants, leurs ressentis. Les mots « épuisés… soucis… accumulés… éprouvés… l’employeur ne fournit pas les outils de travail… pas confiance au soutien et à la protection que devrait nous apporter notre institution… déprime… fatiguée…»

Ces mots sont forts de sens et pointent du doigt les manques de notre ministère.

Comment demander à un employé de travailler dans cette situation ?

Quelles solutions ont été apportées pour remédier à cette situation ? Quel bilan faire aujourd’hui, soit quatre mois après la mort de notre collègue ?

Mise à part une enquête, quelques prises de paroles d’apaisement de nos dirigeants, rien ! Du moins rien, concrètement, dans les solutions à apporter sur le terrain, mais la souffrance des enseignants est toujours présente et réelle !

Pour la CFTC-EPR, notre employeur, le Ministère de l’Education Nationale, doit prendre la hauteur de cette situation.

Pour la CFTC-EPR, il est urgent de prendre des décisions pour que chaque enseignant puisse travailler en toute sérénité, entrer dans son lieu de travail en toute sécurité, en toute confiance, effectuer ce que Charles PEGUY identifie comme « le plus beau métier du monde, après le métier de parent, (et d’ailleurs c’est le métier le plus apparenté au métier de parent), c’est le métier de maître d’école et c’est le métier de professeur de lycée. »

« Le plus beau métier du monde » ne fait plus rêver actuellement ! Pour preuve, les nombreuses démissions, les nombreuses places aux concours non pourvues…

Et pourtant, n’est-ce pas par notre jeunesse que l’on pourra élever notre pays, le rendre plus performant ? Si le but de notre gouvernement est celui-ci, il est temps de redresser la barre et de donner les moyens aux enseignants d’assurer leurs missions ! La politique du pressoir et du dénigrement doit s’arrêter ! La santé physique et mentale doit être la priorité de l’employeur.

La CFTC-EPR vous demande, Monsieur le Ministre, de tout mettre en œuvre pour « garantir la santé, le bien-être et la sécurité au travail de tous ses employés ! »

Pour la CFTC-EPR, cela passe par une réelle mise à plat des situations sur le terrain et une remédiation par des actions concrètes :

. Relever et prendre en compte toutes les situations difficiles sur le terrain,

. Mettre en place une formation obligatoire pour tous les responsables sur le management bienveillant

. Obliger, le terme peut paraître fort, mais rien ne sera fait autrement, les collectivités à mettre en priorité la rénovation du bâti scolaire, la sécurité dans les établissements (portail électrique avec gâche d’ouverture à distance, signal d’information silencieux pour les PPMS, des sonneries adéquates pour les PPMS…), l’équipement des établissements, à donner les moyens minimaux aux écoles pour fonctionner : une école propre et sécurisée, un bureau pour la direction avec un ordinateur, une salle des professeurs, une salle de réunion…

. Mettre à disposition du personnel des psychologues,

. Responsabiliser les inspecteurs sur leur rôle d’aide et de soutien,

. Donner à l’école une entité juridique lui permettant d’ester en justice,

. Augmenter les effectifs de la médecine du travail en milieu scolaire.

Pour la CFTC-EPR, un réel changement positif doit s’opérer.

Monsieur le Ministre, il vous appartient de tout mettre en œuvre, en ce sens.