Les 2S2C, un dispositif d’avenir ?

 I. Qu’est-ce que les 2S2C ?

Le sigle 2SC2C (Sport, Santé, Culture, Civisme) est un dispositif créé en mai dernier lors du déconfinement pour aider à la reprise des cours.

Le but est d’offrir aux élèves qui ne pourraient pas être accueillis en classe à cause du protocole sanitaire, des activités éducatives sur le temps scolaire en complément du travail en classe ou à la maison.

Ces activités sont assumées en priorité par les professeurs. L’Etat vient aider les collectivités qui souhaitent leur mise en place.

Ces 2S2C rappellent les TAP (temps d’activités périscolaires) que nous avons connus il y a quelques années. Les mairies devront assumer leur organisation, le recrutement des personnels et le paiement de ces derniers.

II. Les 2S2C ont-ils un avenir ?

Notre ministre de l’Education nationale a déclaré récemment que les 2S2C auront sûrement un avenir lors de la rentrée de septembre et qu’ils étaient une opportunité car le ministère souhaite développer davantage la pratique du sport et des enseignements artistiques.

Cela pose des questions si ce dispositif devient pérenne.

Quel intérêt d’avoir des animateurs remplaçants des enseignants pendant le temps scolaire pour enseigner des matières assumées au départ par les enseignants qui ont été formés pour cela ?

Quel réaménagement du temps scolaire pour intégrer ces 2S2C ?

Quelle place pour les enseignants qui seront tiraillés entre les exigences disciplinaires et hiérarchiques d’un côté et les volontés des mairies et des parents de l’autre ?

Ce dispositif qui part d’un bon sentiment, peut devenir un outil d’inégalité entre territoires. Les petites communes des milieux ruraux n’ont pas les mêmes moyens que les grandes communes ou les métropoles de notre pays.

L’aide de l’Etat qui est pour le moment de 110 euros par jour pour un groupe de 15 élèves reste insuffisante pour offrir des activités de qualité et éviter que cela ne soit à nouveau qu’une garderie…

Le ministre semble attiré par le modèle allemand de la classe le matin, avec des activités sportives, artistiques et culturelles l’après-midi.

Il faudra être attentif pour éviter d’avoir un système binaire, dans les années à venir :

  • Des enseignants se recentrant sur le « lire, écrire, compter » priorité du ministre.
  • Des animateurs payés par les mairies s’occupant des activités artistiques, culturelles et sportives.

Pour la CFTC-EPR, les 2S2C peuvent être une solution en temps de crise sanitaire, mais poseront nombre de questions et de débats quand une fois la crise sanitaire passée, ils seront le prétexte à une nouvelle réorganisation du temps scolaire dans le but inavoué de faire des économies….

La CFTC-EPR pose deux questions :

  • Quid des professeurs dans ces matières si on pérennise cette organisation ?
  • Quid de l’égalité sociale si les financements restent à la charge des municipalités ?

La CFTC-EPR sera très prudente concernant cette mise en place des 2S2C. Une fois encore, cette organisation créée à titre exceptionnel au cours de la pandémie que nous avons traversée ne doit rester qu’exceptionnel !

Comments are Closed