Proposition de loi visant à instaurer l’enseignement numérique distanciel…

 

La CFTC-EPR a pris connaissance de la proposition de loi n° 2967, visant à instaurer l’enseignement numérique distanciel dans les lycées, collèges et écoles élémentaires.

Les raisons de proposition de ce projet, données dans le texte, sont honorables :

« Toutes ces solutions doivent aujourd’hui être explorées dans l’éducation pour assurer aux élèves un enseignement distanciel comme une alternative au présentiel.

Pour les universités, cela pourrait éviter des frais de logement et d’études aux étudiants dont les parents ne peuvent assumer des études longues et coûteuses. 

Pour les lycées et collèges, cela permettrait aux élèves de trouver sur la plateforme dédiée les cours en ligne, en vidéo, avec une interactivité avec l’enseignant à des moments spécifiques.

Enfin, pour les écoles élémentaires, cela permettrait aux parents et aux élèves de retrouver les devoirs et les cours à la maison. »

Cependant, pour la CFTC-EPR, la mise en pratique de ce projet reste à approfondir et à expliquer.

Qui devra réaliser ces documents en distanciel ?

Les enseignants de l’élémentaire ont déjà fort à faire, et leur rajouter des tâches supplémentaires, sans prendre en compte le temps passé de la journée et les préparations, ne pourrait qu’alourdir travail et leurs charges.

Pour la CFTC-EPR, il est primordial, de revoir le temps de travail des enseignants du premier degré, face aux élèves et pourquoi pas, leur attribuer 18h00 de travail face aux élèves, comme cela est déjà le cas pour les enseignants du second degré. Ainsi, dégagés de temps de travail, ils pourraient s’occuper du distanciel, du moment qu’ils disposeraient des outils pour le faire (ordinateur, ligne internet…).

La CFTC-EPR demande au ministère une réflexion sur le temps à accorder aux enseignants mais aussi sur les outils à apporter au premier degré, à l’instar de Pronote dans le second degré, où chacun peut mettre en ligne, le travail mis en place.

Concernant les universités, certains cours peuvent être effectivement en MOOC, mais il serait illusoire de penser que cela serait aussi bénéfique que le présentiel, et devienne une généralité, pour répondre, de fait aux impératifs des mesures économiques, notamment en supprimant des postes de contractuels et de vacataires nombreux dans le supérieur. Pour la CFTC-EPR, le distanciel doit rester une exception, voire un complément des cours en présentiel et non se généraliser.




Comments are Closed