Pour un bâti scolaire adapté pour tous…

Lors de ses différentes visites dans les établissements scolaires, la CFTC-EPR est souvent interpellée sur le sujet cuisant brûlant du bâti scolaire.

Les constats ainsi effectués vont souvent au-delà de l’acceptable !

Si un effort indéniable est constaté dans le secondaire, il en est autrement dans les établissements du premier degré. En effet, aucun établissement du primaire n’a droit aux mêmes équipements, aux mêmes structures, aux mêmes atouts, au même respect.

D’une école à une autre, d’une commune à une autre, d’une région à une autre, la disparité des équipements et des structures est impressionnante.

Aussi, certaines écoles font peur !

Et les exemples sont nombreux : bâti vétuste, délabré, murs sales, toilettes absentes ou en quantité insuffisante, manque de salles, nombre d’élèves important dans de petites salles de classes… L’entretien de ces écoles n’est pas effectué, par manque de moyens nous dit-on.

Pour la CFTC-EPR, cela est davantage par manque de volonté…

Certaines écoles sont fleuries, accueillantes, disposent d’équipements de qualités, d’infrastructures adaptées au besoin des élèves et du personnel.

Mais nombreuses encore sont les écoles où il n’y a pas de toilettes pour les enseignants, pas de salle de réunion, pas de BCD, pas de salle informatique, pas de système de ventilation, pas d’infirmerie, pas de salle de motricité en maternelle, pas de dortoir digne de ce nom (nombreuses sont les maternelles où les élèves dorment au sol l’après-midi dans la salle de classe), pas de bureau pour la direction d’école, pas de bureau pour le secrétariat, pas de salle des archives, pas de climatisation indispensable dans le sud de la France ou outre-mer…

Et pourtant les dotations sont souvent là ! Mais la volonté politique actuelle du ministère de mettre l’accent sur le premier degré n’est pas la priorité de tous !

Alors que faire ?

Comment obliger nos décideurs et responsables à effectuer leur part du marché ?

Ne peut-on mettre en place une autre organisation pour que toutes les écoles soient logées à la même enseigne et que tous les élèves de la République puissent bénéficier d’un accueil digne de ce nom à l’école.

La CFTC-EPR ne cesse de le rappeler dans toutes les instances où elle est présente : la révision du bâti scolaire est urgente dans les écoles et doit devenir la priorité de toutes les communes.

Pour la CFTC-EPR, chaque école doit disposer, à minima, d’une structure comprenant, un nombre de salle égal au nombre de classes, d’un bureau pour la direction, d’une salle pour le secrétariat et les archives, d’une cour protégée, d’une infirmerie, d’une salle de motricité en maternelle, d’une BCD, d’une salle informatique, d’une salle polyvalente pour les regroupements, d’un préau pour regrouper les élèves ou pour qu’ils puissent jouer en cas d’intempéries, d’une salle de réunions, d’une salle spécifique pour le RASED, d’un portail dédié au personnel, d’un portail dédié aux élèves, des toilettes en quantité suffisante tant pour les élèves que pour les enseignants…

Face aux diverses consignes concernant la lutte contre le COVID dans les établissements, nous constatons que les locaux sont sources de difficultés pour l’application des consignes sanitaires et de sécurité.

Améliorer, rénover, renforcer l’équipement des écoles est aussi nécessaire et cela passe par un soutien de l’Etat pour aider les communes et favoriser l’équité entre les établissements.

La CFTC-EPR est porteuse d’un projet vecteur de réussite pour une meilleure prise en considération des écoles : la création d’un statut de l’école primaire, dans lequel on pourra retrouver la gestion de l’école par un CA décisionnaire composé de représentants des parents, des enseignants, des partenaires telle la municipalité, les représentants de l’Etat… Le directeur d’école aurait ainsi toute sa place pour mener à bien les missions de l’école et garantir une équité des apprentissages sur le territoire français.

Comments are Closed