Axe 1- PPCR: Amélioration de la rémunération.

PPCR Axe 1 : Amélioration de la rémunération

Mieux considérer des personnels enseignants ne peut se restreindre à une augmentation salariale ponctuelle. C’est donc bien sur la durée de la carrière que s’inscrit la rénovation de celle-ci.
Dans un contexte de besoins importants de recrutement de personnels formés, il est d’autant plus nécessaire de valoriser leur niveau de recrutement, de reconnaître les missions qu’ils exercent ou les responsabilités qu’ils prennent et de garantir ainsi l’attractivité de leur carrière

Garantir l’attractivité à l’entrée dans le métier

Les stagiaires entreront dans la carrière avec un salaire progressivement revalorisé. À terme, en 2019, durant leur année de stage, ils percevront une rémunération de base (traitement brut) annuelle augmentée de plus de 1 400 €.
Par ailleurs, au-delà de l’année de stage, le début de leur carrière est plus favorable que celui des autres fonctionnaires de catégorie A.

Deux raisons qui, au-delà de l’intérêt pour le métier, doivent inciter à choisir une carrière d’enseignant, de personnel d’éducation ou de psychologue de l’éducation nationale.
Mieux rémunérer tout au long de la carrière

Tous les échelons de la carrière enseignante sont revalorisés progressivement jusqu’en 2020, ce qui entraîne une augmentation de la rémunération de base. Par exemple, à partir de 2020, un enseignant certifié, qui déroulera une carrière complète en classe normale et hors-classe, gagnera 23 000 € de plus sur l’ensemble de sa carrière.

Dans le prolongement de la revalorisation précédente des sept premières années de carrière enseignante opérée en 2010 et 2012, il est apparu nécessaire de privilégier la suite de la carrière, en faisant plus particulièrement porter l’effort de revalorisation sur le milieu de cette carrière.

Ce choix, accompagné de l’amélioration des perspectives permet de redonner une cohérence en termes d’évolution salariale à l’ensemble de la carrière enseignante. Un professeur des écoles pourra ainsi terminer sa carrière hors-échelle A, soit une rémunération de base comprise entre 50 000 € et 54 600 € bruts par an. Sur l’ensemble d’une carrière terminée à ce niveau, un enseignant aura gagné entre 45 000 € et 60 000 € bruts de plus qu’aujourd’hui.

Un professeur agrégé, quant à lui, atteindra la hors-échelle B, soit une rémunération de base brute annuelle comprise entre 54 600 € et 60 000 € bruts par an.
Un impact favorable sur la retraite
Les mesures de rééquilibrage progressif au profit de la rémunération indiciaire (par transformation d’une partie des primes en points d’indice) et de revalorisation de la rémunération de base des milieux et fin de carrière permettront aux personnels enseignants de l’enseignement public comme de l’enseignement privé, de bénéficier d’une pension de retraite plus favorable à l’issue de leur carrière.

À partir de 2020, un enseignant terminant sa carrière hors-classe bénéficiera d’un indice plus élevé qu’aujourd’hui. Par exemple, la rémunération de base d’un enseignant certifié sera augmentée de plus de 2 600 € bruts par an. Ce gain sur la rémunération de base se répercutera sur sa pension de retraite

 

Notre analyse :

Nous constatons que la situation de l’entrée dans le métier reste stable. Cela est surement dû au fait que le début de carrière a déjà été revalorisé, il y a peu. Il est clair qu’un effort financier est réalisé sur l’ensemble de la carrière. On ne peut que le remarquer et valoriser le fait que la CFTC a été engagée dans ce sens en validant les accords PPCR.

Concernant l’impact sur la retraite, le syndicat CFTC-EPR demande depuis de nombreuses années le fait que les primes soient transformées en indices. Même si cela ne concernera pas la totalité des primes, c’est un grand pas !
Enfin, l’instauration d’une nouvelle grille indiciaire était nécessaire. Cela ne permet pas malheureusement de combler le trou creusé par les faibles revalorisations des deux dernières décennies, néanmoins, nous pouvons souligner l’effort qui est fait en ce sens.