Direction d’école : Des décharges ? Oui mais pour tout le monde !

Rentrée scolaire 2016 / 2017

Direction d’école : Des décharges ? Oui mais pour tout le monde !

ECOLE MATERNELLE

Nombre de classes :

Décharge d’enseignement :

1 à 3

0

4 à 7

Quart de décharge

8

Tiers de décharge

9 à 12

Demi décharge

13 et +

Décharge complète

 

ECOLE ELEMENTAIRE OU PRIMAIRE

Nombre de classes :

Décharge d’enseignement :

1 à 3

0

à 7

Quart de décharge

8 et 9

Tiers de décharge

10 à 13

Demi décharge

14 et +

Décharge complète

   Décharges de « rentrée et de fin d’année scolaire » pour les directeurs d’école non déchargés d’enseignement donc pour les écoles de moins de 4 classes :

Nombre de classes :

Décharge d’enseignement :

4 jours fractionnables : 2 à 3 jours mobilisables de la rentrée aux vacances de Toussaint et 1 à 2 jours mobilisables en mai et juin

2 et 3

10 jours fractionnables (1 journée par mois)

   La CFTC-EPR ne peut que féliciter une situation qui tend à s’améliorer tout doucement.

Cependant, nous constatons que des milliers de collègues, une fois de plus, sont laissés pour contre ! 
Le mot Aumône vient du grec « eleêmosunê » qui signifie « pitié »Aussi, on peut s’interroger sur le fait de continuer à donner cette aumône aux directeurs d’écoles de moins de 4 classes ne serait pas tout simplement du mépris. 
Un seul constat : les simplifications administratives n’existent pas.
Ce ne sont que des vœux pieux du Ministère mais tous les collèguesdirecteurs croulent sous les enquêtes, l’accroissement des responsabilités et la complexification des tâches administratives. 
Ce n’est pas en cette fin d’année scolaire, qu’ils diront le contraire !

Le syndicat CFTC-EPR demande la création de ce statut de directeur que nous revendiquons depuis plus de 40 ans ! 
Nous demandons la pérennisation des emplois précaires comme les assistants à la direction.
De même, payer ces personnes 650 € par mois n’est-ce pas là aussi du mépris ?


La CFTC.EPR  revendique donc une fois de plus :
> un temps de décharge pour tous : au moins un quart pour chaque directeur
> un statut 
> une pérennisation des emplois précaires

 Il en va de l’avenir de l’école !