Agression des personnels : trop, c’est trop !

Depuis quelques semaines, les faits divers de violences sont régulièrement relatés dans les médias. Remises-en cause de la liberté pédagogique, injures, violences physiques sont des phénomènes qui se banalisent et en constantes augmentations.

Tout ceci traduit une dégradation importante des conditions de travail et un dénigrement de la fonction de l’enseignant.

Où est le respect tant attendu ? Le ministère demande de communiquer face aux risques actuels, mais qui communique pour protéger les enseignants ?

Ces faits sont inadmissibles et les sanctions doivent être exemplaires pour que ces incivilités et violences qui se banalisent, cessent.

De même, il est du devoir de notre hiérarchie de prendre des mesures pour assurer la sécurité, l’accompagnement et le soutien des enseignants.

La CFTC-EPR demande à Madame la Ministre de l’Education Nationale de mettre en place les mesures nécessaires pour que ces situations ne se reproduisent plus.

Il serait impensable que l’on puisse frapper un homme politique, qui de plus dispose d’un arsenal juridique qui dissuade fortement. Pourquoi il n’en serait pas de même pour les enseignants ?

La CFTC-EPR réclame la mise en place d’un observatoire sur tous les incivilités et actes subis par les enseignants, ainsi que l’étude du suivi apporté par l’administration.

De plus, pour la CFTC-EPR, il est important de renforcer l’arsenal juridique en faveur des personnels de l’éducation nationale, d’en informer la population, afin de faire réfléchir et dissuader les éventuelles personnes qui souhaiteraient porter préjudice à l’Education Nationale et les responsabiliser.

Enfin, il est plus que nécessaire que la hiérarchie apporte son soutien sans faille aux personnels dans l’ensemble des situations où l’autorité de ces derniers est remise en cause.

Il devient urgent de redonner confiance aux personnels, de les soutenir et de rétablir un cadre de travail serein.

Lettre – info n°8