La CFTC-EPR reçue au ministère de l’Education Nationale

Suite à la demande d’audience effectuée, la CFTC-EPR a été reçue par la conseillère sociale, partenariats et vie scolaire, Cabinet du ministre, en présence de la DGRH et de la DGESCO.

Après une présentation des membres présents, la CFTC-EPR a pu exposer un certain nombre de constats au travers de divers thèmes d’actualités. A chaque thème, une série de propositions et de revendications ont été avancées par chacun des représentants de la CFTC-EPR. Chaque point a été accueilli par une écoute attentive de la part de l’administration.

Suite à notre présentation, un échange calme et serein s’est mis en place en rapport avec nos diverses demandes.

Cette première réunion a été l’occasion de nous présenter à la nouvelle équipe dirigeante, d’interpeller l’administration sur des points de dysfonctionnement général, d’aborder des questions concernant tous les personnels de l’Education Nationale, de marquer nos orientations et de rappeler nos revendications.

Au-delà des idées, des grandes phrases, la CFTC-EPR a demandé des actions claires, applicables réellement sur le terrain. Ces actions devront être accompagnées et faire l’objet de formations pour une mise en place efficace sur tout le territoire français. L’instruction, l’éducation, la formation doivent être une priorité pour chaque enfant de France. L’école doit permettre de combler les inégalités sociales et d’éviter de les creuser comme nous le déplorons au travers de la réforme des rythmes scolaires et de la disparition de dispositifs qui promouvaient l’excellence dans le secteur public.

 

La CFTC-EPR a donc demandé dès maintenant, des actions simples et efficaces. Les revendications suivantes ont été rappelées :

– Permettre à chaque établissement du premier degré de faire le choix de ses horaires mais aussi des jours travaillés, avec possibilité de travailler sur 4 jours.

– Redéfinir un nouveau modèle de fonctionnement de l’école.

– Mettre en place un statut pour tous les directeurs d’école.

– Pérenniser l’aide à la direction par des contrats éducation nationale non précaire.

– Mettre en place une formation continue annuelle et adaptée pour tous les personnels de l’éducation nationale.

– Favoriser l’accès à la culture pour tous les élèves (visite de musées, site historiques, etc…).

– Maintenir le dispositif PDMQDC dans les écoles et faire un réel bilan de la situation, et augmenter le nombre de personnel du RASED.

– Alléger les effectifs dans toutes les classes en créant des postes d’enseignants.

– Recentrer les programmes sur du concret, réellement applicable autour du « lire, dire, écrire, compter » prenant en compte les réalités du terrain.

– Augmenter le salaire de tous les acteurs de l’Education Nationale,

– Avoir des informations claires à propos de la mise en place du PPCR, de l’avenir de la hors classe et de la classe exceptionnelle, des modalités des rendez-vous de carrière.

– Mettre en place un plan de remise en état du bâti scolaire de tous les établissements du premier degré.

– Supprimer la décision du jour de carence qui doit être mis en place dans l’Education Nationale.

– Améliorer les conditions de travail des fonctionnaires.

 

En conclusion, la CFTC-EPR a mis l’accent sur la reconnaissance et la valorisation de tous les acteurs qui contribuent à l’éducation, l’instruction et la formation des élèves de la République.

Un entretien avec de nombreux échanges, dans un climat détendu et serein avec un sentiment d’écoute. Cependant nous ne pouvons que déplorer qu’aucune réponse concrète n’ait été apportée. Le ministère ne s’est contenté que d’un rappel des mesures mises en place actuellement (CP à 12, aide aux devoirs…) et de leur volonté « de ne pas changer les programmes ».

Face à la pénurie de recrutement dans certaines Académies, il nous a été expliqué que le ministère envisageait d’aider à la formation des assistants d’éducation et les contractuels de l’éducation nationale dans le but de constituer un vivier ouvrant accès aux concours du professorat.

Nous étofferons dans les semaines à venir, les divers points abordés.