Pour la direction, soyons ambitieux !

 

Depuis le début de cette année, la CFTC-EPR constate que la question de la direction d’école est un sujet qui à défaut de fédérer, interpelle.

Rappelons, que la CFTC-EPR milite depuis maintenant de nombreuses années pour que les directeurs d’écoles soient reconnus. La question du statut n’est plus un tabou puisque tout le monde en parle. Pour la CFTC-EPR, il est connu de tous que cette reconnaissance passe par un statut de la direction d’école.

Soyons clairs, les mesures qui ont été prises ces dernières années n’ont en rien amélioré la situation des écoles et de leurs directrices et directeurs. Pire, la suppression des aides administratives est une régression qui engendre une véritable dégradation des conditions de travail et affaiblit le directeur dans le traitement de ses multiples tâches. L’augmentation des décharges de direction est tellement infime qu’elle ne suffit pas à atténuer l’augmentation constante des responsabilités, et ne suffit pas à répondre aux besoins des directrices et directeurs. La formation initiale des directeurs, différente en fonction des académies, ne fait que survoler la diversité des tâches. Par ailleurs, les directeurs par intérim, non formés, sont laissés à l’abandon.

La rémunération seule ne suffit plus à donner de l’attractivité pour ce métier. La simplification des tâches administratives initiée en novembre 2014 est un leurre qui ne peut nous satisfaire.

La seule solution apportée par le ministère consiste à poursuivre sa réflexion sur l’accompagnement les personnels et la simplification des missions des directeurs d’école. Aucune décision n’est prise !

La CFTC-EPR demande au ministère de revoir ses ambitions à la hausse.

Oui, soyons ambitieux et n’ayons pas peur !

Toutes les organisations syndicales aujourd’hui sont conscientes du problème. Mais le mot statut fait peur. Aussi, à l’image des psychologues de l’Education Nationale, n’ayons pas peur et agissons !

Donnons aux écoles le moyen de fonctionner pleinement et de répondre positivement aux impulsions lancées par notre ministère. Nos écoles ont souvent la volonté de réussir, de faire mieux,  mais le manque de moyens est un frein…

Adapter les outils, simplifier les procédures, améliorer la connexion des écoles… ne suffiront pas.

L’école du futur doit se réinventer et cela passe par un statut juridique. L’école du futur doit pouvoir fonctionner avec un directeur reconnu, formé, responsable et considéré comme un leader. Un leader qui doit inspirer confiance et capable de prendre des décisions pour donner plus de moyens à ses collègues.

Le statut du directeur d’école doit nécessairement naître. Ce statut devra définir son rôle, ses obligations ses responsabilités mais aussi les moyens matériels, juridiques, et humains.  L’ensemble de ces mesures lui permettra de mener à bien ses missions. Ce statut ne doit pas effrayer, il doit être rassurant et donner aux écoles une réelle efficacité !

La CFTC-EPR porte ce projet ambitieux pour l’avenir de l’école de la République !